Elephant

Me
J’ai cinq ans..!
Et encore tellement d’années à vivre
Des années de joie naïve et de bonheur
Qui se presse jusqu’au bord de mes lèvres
Je suis un enfant
J’ai cinq ans…

Et des souvenirs commes si j’en avais mille
Je suis un elephant
En équilibre sur un fil
Je suis le tendre monstre
Qui fait pleurer toutes les vieilles dames
“Comme elle serait mignonne…
Si elle n’était pas aussi sale !”

On me dit que c’est le manque de structures
Qui me fait me prendre pour un elephant
Que si je continues comme ça je fonce droit au mur
Que je dormirais sous les ponts avant d’avoir 12 ans
Mais moi je veux pas dormir sous un pont…

Alors pour ça je vais à l’école rouler ma bosse
Et mes crottes de nez de sale gosse.
J’apprends aussi à compter,
A compter les bonbons
Les billes et les torchons
Moi comme j’ai pas de bonbons
À compter…

Alors je compte les moutons
Et mes crottes de nez
Je compte les moutons poussiéreux
Qui traîne au fond des yeux des autres élèves
C’est pour ça que je me répète tout le temps…
Moi je ne suis pas un mouton, je suis un éléphant
Je ne suis pas un mouton je suis un éléphant

e-l-e-p-h-a-n-t je suis un éléphant
un enfant éléphant
un élé-enfant
pas plus fier ni plus arrogant
que n’importe lequel de ces moutons blancs,
simplement plus pesant…

Maintenant je sais compter
Jusqu’à un-deux-trois-quatre,
A une deux trois quatre pattes
Je comptes les secondes qui m’écarte
Une deux trois quatre
Du moment où le fil craque…

Je-suis-un-éléphant
Papa profère que c’est n’importe quoi
Maman dit que je mens
Je leur explique que c’est eux
Qui se trompe énormément
Pour une fois que c’est pas l’éléphant !

Ils trouvent ça bizarre
Que je ne joue pas aux moutons
Moi je les trouvent rasoir
A se poser les mauvaises questions
C’est pas compliqué au fond
Ils ont brisé le sceau de ma première confiance
Ils m’ont brisé les os en réclamant du silence

Ils m’ont prit dans leurs bras pour me fracasser au sol
En milliers de petits fragments sales
Et je sais plus comment les morceaux se recolle
Parce que j’ai perdu l’image originale

Je me sens seul des fois…
Tellement seul
Que j’ai l’impression parfois
Qu’il y a tout le temps
Quelqu’un derrière moi
J’aime pas ça…

Mais je peux pas vraiment faire autrement
Alors ben… je me dis que je suis un éléphant
On peut pas faire de mal à un éléphant, nan?
C’est trop grand un éléphant

J’ai cinq ans…
Et des souvenirs comme si j’en avais mille
Des restes de saveurs de parties de jeu de billes
J’ai plus de bille
Mais j’ai des tas de crottes de nez

Et puis encore des tas d’années à vivre
A vivre, à grandir à devenir une fille
Des tas d’années pour goûter au monde entier
À le noyer sous mon amour…

Ou des tas d’années pour cicatriser
A suturer la cassure
A tenter de rattraper le bord
A observer l’usure de mon corps

Alors juste avant
Je me déguise,

Je me déguise en éléphant
Un bel éléphant
Dodu et bien charmant
Qui de son pas élégant

Traversera toute la terre
Entre ici et son cimetierre
Enfin pour le moment
Je suis un enfant éléphant
Un élé-enfant

Morphinea Voyageum


Il existe en moi des vagues et des scènes de théâtre        
Des souvenirs comme tout le monde                              
Des couleurs qui sonnent cartable                                    

Le rythme de plein de pas,    
De tous ceux auxquels        
J’ai pris le temps de m’accorder                        
Des textures de cheveux,        
Tous ceux que j’ai touché    
Pour toutes les raisons          
Qui m’y ont amené.              

Y’a des raisons sexuelles      
Qui font saturé le cerveau  
Et des raisons rationnelles  
Qui m’ennuie les hormones  

Des paysages imaginaires  
Des rêves qui sont devenus des vrais souvenirs              
Et des vrais souvenirs que j’ai oublié…                              

Il existe en moi des vagues et des scènes de théâtre    
Des ponts entre des rives,    
Des rivières pas baignables                                                                                                            
Des choix qui gravitent autour des satellites                                                             Qui grave le monde sur des disques blancs                                                                

Y’a tout le temps la rencontre                                                                             Du métal et de la chaire                                                                                
En dehors et à l’intérieur des corps                                                                                                
Y’a des machines à tout faire,                                                                             A me faire inventer des poèmes                                                                           Me donner l’envie de fumer                                                                                                          
Y’a l’ennui du dimanche                                                                                 Qui sent la pluie et Beethoven                                                                           Tombé comme un couperet                                                                                
Au milieu de mon enfance.                                                                                

Y’a un Planet Hollywood                                                                                
Au milieu de rien et qui va nul part                                                                    
Le désert américain ou je suis jamais allé                                                            
Mais qu’on connaît tous.                                                                                  

Il y a en moi des scènes rouges et noirs                                                              
Qui bougent… en suivant le coeur                                                                    
Des écarts de temps                                                                                  
Qu’on compte à la seconde                                                                                                            
Au goutte à goutte                                                                                  
Comme le mouvement du sang                                                                               Qui fait toujours des rondes                                                                                                          
Y’a des cycles et des refrains                                                                        
Des grosses baleines et des petits nains                                                              
Des gens qui dansent                                                                                
Sans que je leur ai rien demandé                                                                    
Et qui s’agitent                                                                              
Alors que moi je peux pas bouger                                                                          

C’est le manège de la morphine                                                                    
Qui me ramène sans fin                                                                          
Toutes ces visions morbides                                                                        
Et m’éloigne de Morphée                                                                                                          
C’est une absence de sommeil                                                                      
Mais des milliers de visages                                                                          
Qui se déforme sans raison                                                                          
J’dors le jour la nuit je veille                                                                
Sur des horloges sans réglages                                                                    
Qui décale les saisons                                                                                                                          
Il paraît que ce jour là                                                                      
C’était le jour le plus long